Le Pugilat



Format : 15 x 22

64 pages (35 illustrations en couleur)

Prix : 12 (Frais de port inclus) €

ISBN : 978-2-37623-008-3

Date de la parution : 2020-10-20



William Hazliit

En 1821 eut lieu dans la campagne anglaise un combat épique entre le Boucher de Bristol et le Gazier, deux pugilistes qui différaient tant par le style que par la stature.

Plus de 20 000 amateurs y assistèrent, plus de 150 000 livres sterling changèrent de mains. Il fallut dix-sept rounds, âpres et sanglants, pour les départager.
À l’époque, les matchs se disputaient sans gants et duraient parfois plusieurs heures, les rounds ne se terminaient que lorsqu’un des combattants tombait à terre et ne pouvait se relever, et les k.-o. se comptaient en trente secondes.

Le pugilat était encore un spectacle héroïque et sanglant.
C’est à ce spectacle qu’accourt avec enthousiasme William Hazlitt, féru de boxe, de vaillance et de truculence populaire.

La narration pleine d’esprit qu’il en fait, aussi subjective qu’instructive, demeure l’un des plus beaux textes jamais écrits sur l’art pugilistique.

William Hazlitt (1778-1830) a laissé le souvenir d’un polémiste acerbe doublé d’un esthète érudit et éclectique, s’opposant aux castes qui gouvernaient alors le Royaume-Uni et y étouffaient l’esprit critique.
Ses Propos de table et ses essais philosophiques révèlent une perspicacité psychologique singulière à l’aune des littérateurs de son temps. C’est ce discernement teinté d’ironie que l’on retrouve dans ses chroniques de la société anglaise au temps du romantisme et de la révolution industrielle, telles que Le Pugilat (1822).
Cet ouvrage en quadrichromie est en outre assez richement illustré de gravures d’époque et précédé d’un avant-propos qui dresse un tableau de la boxe anglaise avant l’adoption des règles dites du marquis de Queensbury, lesquelles prévalent encore largement de nos jours. Ce petit récit malicieux intéressera autant les amateurs de littérature que les aficionados du noble art.